LIVRAISON GRATUITE DÈS 29€ - SATISFAIT OU REMBOURSÉ
Maman Naturelle : couches, portage, puériculture et maternité
LIVRAISON GRATUITE DÈS 29€ - SATISFAIT OU REMBOURSÉ


Guide de la DME

Découvrez dans ce Guide :

1 : Les prérequis pour pratiquer l'alimentation autonome avec son enfant
2 : Les avantages de la DME
3 : Les inconvénients de la DME et comment y remédier
4 : Débuter la diversification alimentaire menée par l'enfant : le matériel adéquat
5 : Comment appliquer les principes de la DME dans le quotidien ?
6 : Alimentation autonome de l'enfant : surmonter les peurs des parents
7 : Les conseils pour réussir la transition alimentaire de son enfant


Qu'est-ce que la DME ?

La DME ou diversification alimentaire menée par l'enfant est une pratique alimentaire qui invite le parent à laisser son enfant expérimenter sa propre façon de manger. Autrement dit, l'enfant apprend à manger seul, en autonomie. L'une des caractéristiques qui différencie la DME d'une alimentation traditionnelle, c'est que l'on va proposer à son bébé d'ingérer des aliments solides sous forme de morceaux, contrairement aux purées.

Au-delà d'une simple pratique, ce type d'alimentation est bénéfique pour le développement global de l'enfant, car elle l'invite à :
mieux gérer sa motricité.
être plus autonome.
s'éveiller.
prendre confiance en ses capacités.
découvrir les saveurs, les formes et les couleurs des fruits et légumes.
être stimulé (le toucher, la vue, l'odorat, le goût, l'ouïe.).
Ce qu'il faut retenir c'est qu'en tant que parents, si vous souhaitez pratiquer la DME, vous devrez vous adapter et apprendre à lâcher prise, parce que débuter l'alimentation autonome avec son enfant, c'est avant tout une question de transition. Il faut être prêt à accepter le changement.



Les prérequis pour pratiquer l'alimentation autonome avec son enfant

Bien que la DME ait le vent en poupe, il est important de se renseigner pour savoir si l'on peut la pratiquer avec son enfant, car elle n'est pas adaptée à tout le monde. Voyons ensemble les 3 prérequis.

1/ l'âge de l'enfant

Eh oui, on n'introduit pas cette alimentation à n'importe quel âge. Et c'est bien là un facteur qui vous empêchera de commencer à donner des aliments solides si votre enfant n'est pas "assez grand". Concrètement, il doit être en mesure de s'assoir tout seul si vous souhaitez pouvoir pratiquer la DME avec lui. Cela revient à dire qu'il doit avoir au moins 6 mois. Pourquoi ?
c'est à partir de cet âge que les enfants sont capables de saisir et de mettre à la bouche la nourriture.
à 6 mois, un bébé contrôle les mouvements de sa tête. (Haut en bas et droite à gauche).
l'OMS recommande l'introduction de morceaux à partir de 6 mois seulement.
vers 6 mois, le bébé est capable de tenir seul en position assise, ce qui est primordial pour une ingestion correcte des aliments.

guide de la dme



2/ l'acceptation au changement

Face à la pratique de la DME, on s'est aperçu que beaucoup de parents échouaient, car ils n'étaient pas prêts. Laisser son enfant manger seul peut faire peur à beaucoup de couples, surtout face au risque d'étouffement. à la première petite frayeur, certains décident de tout arrêter. Et cette peur est légitime ! Personne n'a envie de voir son enfant s'étouffer. Toutefois, s'il y a bien une règle à retenir lorsqu'on laisse son enfant en autonomie alimentaire, c'est de savoir faire confiance en adoptant une attitude de lâcher-prise. C'est une notion que l'on approfondira plus tard dans le guide, mais pour cela vous devez être prêt à :
accepter le changement.
changer vos habitudes du type organisation, matériel, temps...
admettre que rien n'est parfait. Au début, vous passerez plus de temps à ramasser les à-côtés qu'applaudir les exploits de votre petit !
Selon Évelyne Bergevin, auteur de "petites mains, grandes assiettes" : "La DME, c'est bien, mais ce n'est pas pour tout le monde, et c'est correct comme ça".


3/ La santé de l'enfant

Avant d'introduire des aliments solides à votre poupon, veillez à ce qu'il soit en bonne santé générale et qu'il ne présente pas de contre-indications du type troubles de la coordination, retard ou encore malformation de la bouche. Cela aurait pour conséquences d'alourdir l'expérience alimentaire et d'être dangereux pour l'enfant lui-même. Pour cela, n'hésitez pas à consulter un pédiatre et lui parler de votre démarche. Il pourra même vous donner des conseils, alors, ne vous en privez pas !




Les avantages de la DME

1/ favorise la motricité fine

Contrairement à une purée, les aliments solides incitent l'enfant à la manipulation, car ils sont servis dans leur forme la plus brute. Prenez l'exemple d'une carotte ; en DME, vous la présenterez en morceaux (souvent cuits à la vapeur). Le bébé aura alors l'occasion de voir à quoi cela ressemble, mais surtout il pourra la toucher, l'écraser avec ses doigts, la mettre à la bouche, etc. Lorsque l'enfant découvre seul la nourriture, il accélère le développement de ses capacités motrices et notamment la coordination oeil-main et main-bouche, nécessaire à son bon développement.

guide de la dme



2/ Encourage l'éveil et le développement

L'autre avantage à pratiquer la DME est l'éveil. Les fruits et légumes sont d'excellents outils pour faire découvrir les couleurs, les odeurs, les textures et les formes. Chaque aliment offre une expérience à part et unique, ce qui permet d'élargir les possibilités d'exploration.

D'ailleurs, à leur contact, l'enfant est stimulé par :
Le visuel : l'orange, le vert, le jaune, le violet, le rouge, c'est toutes les couleurs de l'arc-en-ciel qui sont représentées. Présenter une assiette avec de la betterave, du concombre, des pois chiches écrasés et des fruits rouges en dessert, c'est beaucoup plus attrayant qu'une bouillie n'est-ce pas ?

Le goût : entre l'acidité, l'amertume, le sucré et le salé des aliments, l'enfant a de quoi aiguiser son palais. Certains goûts sont assez puissants et d'autres plus doux. Toute cette variété est stimulante pour un enfant. Il faut toutefois veiller à ne pas donner n'importe quoi. On en reparlera dans la suite du guide.

Le toucher : très important en DME, le toucher s'expérimente sous plein de formes. Saisir entre les doigts, écraser, déplacer, superposer, mettre à la bouche... Tous ces gestes sont aussi bénéfiques pour l'apprentissage.

L'odorat : qui n'a pas souvenir de l'odeur réconfortante d'un plat de son enfance ? L'odorat est un sens très stimulant. C'est une manière d'influencer les préférences dès le plus jeune âge, alors autant diversifier les aliments !

L'audition : aussi surprenant soit-il, l'ouïe entre aussi en jeu. Le bruit d'un morceau de pomme que l'on croque, d'un avocat que l'on mâchouille ou les feuilles de salade que l'on découpe... Tout est prétexte à attirer l'attention.

guide de la dme



3/ Accompagne l'autonomie

L'autonomie est un processus qui doit être encouragé dans l'éducation de l'enfant. D'ailleurs dans votre quotidien, vous incitez surement votre enfant à "faire seul", que ce soit au travers du jeu ou de votre manière de communiquer. Alors, pourquoi ne pas le faire à l'heure du repas ?

Votre bébé y gagnera en indépendance et en assurance. Le principe est de montrer à sa progéniture qu'on est là, mais qu'on le laisse manger seul. Alors, naturellement il prendra confiance en lui, car il aura cette liberté d'avancer à son rythme et d'expérimenter ses propres découvertes.

guide de la dme



4/ Encourage la diversité alimentaire

On le sait tous, les enfants et les légumes, ce n'est pas une grande histoire d'amour. En pratiquant la DME dès le plus jeune âge, vous augmentez considérablement vos chances de faire aimer à votre petit les brocolis ou les courgettes (en somme, tout ce qui est vert).
à l'âge de 6 mois, l'enfant va explorer ses sens. Les légumes seront comme un jeu pour lui, car il va toucher, observer, goûter, mais aussi mémoriser ! S'il prend du plaisir à découvrir son alimentation, il retiendra mécaniquement une expérience positive qu'il associera aux légumes. BINGO, à 7 ans, il vous suppliera alors de manger des choux de Bruxelles !

Et un enfant qui mange des légumes est un enfant en bonne santé !


5/ Invite au partage et à la complicité

Vous manquez de temps avec votre enfant ? Figurez-vous que pratiquer la diversification alimentaire peut vous reconnecter à votre bébé. En effet, les repas sont des moments conviviaux, mais avec la DME, on prend encore plus le temps de les apprécier.

Si vous avez suivi, on vous a expliqué plus haut que pour laisser manger son enfant seul, vous devrez apprendre à lâcher prise. En d'autres termes, ne soyez pas pressé. De son côté, votre bébé (qui lui n'a aucune notion du temps) va flâner. Profitez-en pour l'observer. Vivez dans l'instant présent et contemplez ses petits exploits. D'ailleurs, il ne se cachera pas pour vous montrer les siens !


6/ Pratiquer la DME vous simplifiera la vie au quotidien

Fini les longues préparations sur-mesure. Pour vous les parents, l'alimentation autonome vous invite à aller à l'essentiel. Eh oui, vous pouvez proposer à votre enfant le même repas que vous vous êtes préparé, en ajustant les quantités bien sûr ! C'est un gain de temps considérable dans votre journée. Si vous êtes adepte du Batch Cooking et de l'organisation minutieuse, préparez les repas à l'avance.




Les inconvénients de la DME

1/ Le nettoyage

Vous êtes un maître incontesté du ménage ? Pas une miette ne traîne au sol ? Alors, la DME risque de mettre vos nerfs à l'épreuve. Effectivement, un bébé qui mange seul est un bébé qui en met partout. Entre les aliments qu'il essaie d'attraper, mais qui finissent par terre, les fruits qui tachent les vêtements ou les écrasés de légumes qui recouvrent littéralement le visage, les expériences culinaires peuvent devenir... anecdotiques !

guide de la dme

Mais rassurez-vous, vous pouvez vous munir de divers outils. À ce sujet, nous avons d'ailleurs écrit un article pour vous partager 5 idées d'accessoires malins pour les repas autonomes de bébé.


2/ Le temps

Si vous êtes d'un naturel pressé et que les heures de repas sont chronométrées, alors la DME n'est peut-être pas faite pour vous. Lorsqu'on décide de laisser son enfant s'alimenter en autonomie, il faut être prêt à patienter.

On ne vous l'apprendra pas, les enfants prennent leur temps. Il faut dire qu'il y a tellement de terrains à explorer, tout est propice à la découverte ! Manger ne fait pas exception à la règle.

Si le temps est une contrainte pour vous, mais que vous souhaitez quand même pratiquer la DME, ne vous inquiétez pas, il y a des solutions. Par exemple, vous pouvez :
introduire la DME les jours où le planning est plus light ou flexible.
pratiquer l'alimentation autonome seulement le week-end.
préparer des goûters DME et laisser un temps d'exploration à votre enfant.
Enfin, notez qu'avec la diversification alimentaire menée par l'enfant, il n'y a pas de règles à proprement parler. Faites comme vous le pouvez tout en faisant attention à respecter les besoins de votre petit.




Débuter la diversification alimentaire menée par l'enfant : le matériel adéquat

On vous en parlait plus haut, en DME, s'équiper relève d'une stratégie anti-sabotage. Mais ce n'est pas tout. Certains matériels sont très bénéfiques pour aider l'enfant à gagner en motricité par exemple. Alors, vous n'êtes pas obligé d'investir dans tous ces accessoires, mais la liste qui suit vous donnera un bon aperçu des essentiels à avoir.


Les assiettes à compartiments

Comme le nom l'indique, ces assiettes offrent l'avantage d'être compartimentées. D'ailleurs, elles sont souvent séparées en 3 parties pour permettre à l'enfant d'identifier clairement les aliments. C'est aussi un espace ludique avec lequel on peut s'amuser à faire des formes colorées ou des visages pour rendre le plat plus attrayant.

Sur notre boutique en ligne, vous trouverez un large choix d'assiettes à compartiments. En bois, en silicone, en inox, adhérentes, sous forme de sets, il y en a pour tous les goûts et elles s'adaptent toutes à la pratique de la DME.

guide de la dme



Les couverts ergonomiques

Laisser un enfant en bas âge utiliser des couverts traditionnels n'est pas conseillé, car ils ne sont tout bonnement pas adaptés à leurs petites mains. Les couverts ergonomiques eux ont été conçus pour répondre aux besoins des enfants à partir de 12 mois. Ils sont gages de sécurité, car ils sont courts et leur forme est adaptée pour une prise en main facile. C'est l'outil idéal pour réussir la transition vers la coutellerie adulte.

guide de la dme



Les tasses d'apprentissage

Complémentaires à la DME, les premières tasses Babycup sont parfaites pour apprendre aux bébés à boire tout seul. Elles ont plusieurs avantages :
les tasses d'apprentissage encouragent l'enfant à siroter.
les mini tasses sont transparentes pour que l'enfant puisse voir le contenu.
les rebords sont fins et s'adaptent aux petites bouches.
elles sont ergonomiques et sont faciles à prendre en main.
elles participent au maintien d'une bonne santé buccale.
elles développent la motricité.

guide de la dme



Les bavoirs

Autre accessoire indispensable pour un repas DME : les bavoirs. D'ailleurs, que l'on pratique ou non ce type d'alimentation, le bavoir est un basique lorsqu'on fait manger son enfant. Mais dans le cadre de la DME, les petits accidents ou tâches en tout genre sont un peu plus fréquents. Pour éviter de changer votre enfant 3 x par jour ou de nettoyer le sol après chaque repas, Maman Natur'elle vous propose une sélection de bavoirs pour enfants. Manches courtes, manches longues, bavettes avec ramasse-miettes, bavoirs en tissu imperméable ou en silicone, vous trouverez une large sélection d'articles de qualité dans cette rubrique.

Et s'il y a bien un bavoir très pratique en DME, ce sont ceux de la marque Tidy Tot. Ils recouvrent entièrement le plateau de la chaise haute. Du coup, il n'y a pas d'espace entre le bébé et le siège, la nourriture ne peut pas tomber. Résultat ? L'enfant peut en étaler partout sans contraintes ménagères.

guide de la dme



Les tapis de sol

Complémentaires aux bavoirs, les tapis de sol sont l'ultime accessoire dont vous pourriez avoir besoin en diversification alimentaire. Ils vous feront gagner un temps précieux de ménage, car leur surface est large et couvrante. Ils sont aussi imperméables donc ils sont faciles à nettoyer. C'est un accessoire utile pour protéger le sol des tâches et des éclaboussures en tout genre.




Comment appliquer les principes de la DME dans le quotidien ?

C'est une question qui revient souvent : la DME dans la vie de tous les jours, comment ça se passe ? Découvrez 3 conseils utiles pour bien gérer l'alimentation autonome de son enfant au quotidien.


La préparation des repas

C'est le plus simple.
Et bonne nouvelle, vous n'avez pas besoin d'être un grand cuisinier pour préparer des repas sains et nutritifs pour votre enfant ! Votre rôle consiste à choisir les aliments que vous allez lui proposer. 2 options s'offrent à vous :
Vous êtes dans le speed : donnez à votre bébé la même nourriture que ce que vous vous êtes préparé, à condition que les quantités et les textures soient adaptables. Cette solution est la plus simple. Vous n'avez rien à préparer de spécifique, vous gagnez donc du temps en comparaison à la préparation des purées traditionnelles.
Vous avez le temps : amusez-vous à servir une jolie assiette avec des aliments que bébé n'a pas encore goûtés. Jouez sur les formes, le cru et le cuit, etc. Au plus l'assiette est attrayante, au mieux votre enfant sera tenté.


L'organisation de l'assiette

Pour organiser le repas DME de bébé, vous pouvez opter pour une assiette à compartiments et disposer vos morceaux de légumes, de viande, de poisson, vos oeufs, vos fruits dans les espaces mis à disposition. L'enfant viendra alors piquer de lui-même les différents aliments pour les mettre à la bouche, les associer, etc. Seconde option : vous pouvez tout mettre en vrac sur le plateau de la chaise haute. Dans ce cas, c'est plus récréatif. Le repas ressemblera à un tableau culinaire où le bébé peut s'amuser à "créer". Toutefois, si vous voyez qu'il passe son temps à jouer plutôt qu'à manger, n'hésitez pas à lui montrer comment mettre les aliments à la bouche.

Enfin, pour la taille des morceaux, appuyez-vous sur cette règle :
De 6 à 7 mois : les aliments doivent être coupés en gros morceaux. Cubes, bâtonnets ou lanières, peu importe la forme, mais ils doivent être équivalents au poing fermé du bébé.
De 7 à 8 mois : on peut commencer à réduire la taille. Une balle de golf est un bon repère.
De 9 à 12 mois : la motricité fine s'améliore. Vous pouvez donner des aliments de la grosseur d'un dé.


Quels aliments donner ?

Selon le principe de diversification alimentaire menée par l'enfant, le choix des aliments est large. Vous pouvez lui donner :
Fruits et légumes à volonté : en fonction de l'âge, privilégiez-le cuit ou le mou pour faciliter l'ingestion (on évitera quand même les fruits durs à mâcher, avec une peau épaisse ou trop petits comme les raisins).
Viande ou poisson : coupés en petits morceaux et tendres.
Légumineuses : pois chiche ou lentilles par exemple. Veillez à les écraser avant de les servir.
Céréales complètes : riz, quinoa, pâtes.
Fromages : coupés en dés ou cubes.
Du bon gras : avocat, houmous, poissons gras, oeufs, de bonnes huiles ou des noix, mais mixées en purées.



Alimentation autonome de l'enfant : surmonter les peurs des parents

Les peurs face à la DME peuvent vous faire abandonner rapidement. Ensemble, nous allons les examiner. Cela vous permettra de comprendre que ces craintes ne sont pas si effrayantes que ça.


Le risque d'étouffement

S'il y a bien un obstacle qui fait peur aux parents en DME, c'est le risque d'étouffement. C'est normal, on se demande comment un enfant de 6 mois peut avaler une petite carotte sans qu'elle lui reste en travers de la gorge. Sachez une chose, un bébé possède ce que l'on appelle le réflexe vomitif.

C'est un mécanisme naturel du corps qui consiste à ramener les aliments vers le devant de la bouche. Il intervient justement pour éviter le risque d'étouffement. Même s'il peut paraître impressionnant, il faut rester calme et ne pas interagir. Le mécanisme s'opère tout seul jusqu'à ce que l'enfant recrache son aliment.


La sous-nutrition

Mon bébé mange-t-il à sa faim ? C'est une question récurrente lorsque l'on introduit les aliments solides. Et c'est normal !

Mais, pourquoi avez-vous peur ?

Avec la DME, vous n'êtes plus à l'initiative des bouchées que vous mettez dans la bouche de votre enfant. Il le fait tout seul. En quelque sorte, vous perdez le contrôle sur le fait de l'alimenter, ce qui engendre une crainte : celle qu'il ne soit pas assez nourri.

à vrai dire, l'enfant sait naturellement en quelle quantité manger. Alors, oui à 6 mois, il a besoin d'un petit coup de pouce, mais prenez l'exemple de la tétée. Un nourrisson s'arrête de prendre le sein de lui-même, car son organisme lui envoie des signaux. Eh bien, c'est pareil avec l'alimentation autonome, il sait quand manger et quand s'arrêter.

Si cela peut vous rassurer, voyez les aliments solides comme un complément à l'alimentation. Le lait maternel ou les biberons doivent toujours constituer une partie de leurs apports en nutrition.

Finalement, ce n'est pas sur la quantité qu'il faut être le plus regardant, mais sur la qualité. Veillez à bien équilibrer l'assiette de votre enfant de manière à ce qu'il reçoive les apports nutritionnels suffisants.




Les conseils pour réussir la transition alimentaire de son enfant

Prendre son temps

Votre enfant ne gagnera pas en autonomie au bout de 2 repas DME. Cette pratique nécessite de prendre son temps, autant pendant le repas que sur la durée. Au début, bébé va avoir tendance à s'amuser avec la nourriture. Il faut le laisser prendre ses marques, le laisser découvrir et explorer avant qu'il puisse réellement s'alimenter seul.

Finalement, la diversification alimentaire n'est ni plus ni moins qu'une nouvelle étape d'apprentissage. Pour qu'elle soit bénéfique, acceptez de prendre votre temps, d'observer les réussites comme les échecs, car des repas où la moitié de l'assiette finit par terre, il y en aura. Mais c'est comme ça que l'on apprend, n'est-ce pas ?


Faire confiance à son enfant

Comme nous l'avons énoncé plus haut, l'enfant a des réflexes naturels et ses propres signaux qui le préviennent du danger. En comprenant cela, vous pouvez plus facilement vous détacher de vos craintes.

Faire confiance à votre enfant revient à vous faire confiance. Et la DME est un bon défi pour sortir de sa zone de confort. Mais c'est aussi une manière d'apprendre à mieux connaître votre petit.

Profitez de ce moment d'échange pour observer le comportement, les gestes, l'attitude de votre bébé. En peu de temps, vous constaterez des exploits qui vous rendront fière !


Apprendre à lâcher prise

En DME, rien n'est pas parfait.
Et c'est très bien comme ça. Partez du principe que ce que vous faites, c'est déjà très bien. D'ailleurs, en lisant ce guide, vous vous êtes peut-être rendu compte que vous pratiquiez déjà la DME dans votre quotidien.

Ne cherchez donc pas à ce que tout soit comme vous l'aviez imaginé. En faisant de cette règle une priorité, vous verrez que l'expérience de l'alimentation en autonomie peut prendre une tout autre dimension. Par exemple, vous pouvez accepter que :
votre enfant a ses propres ressources pour ne pas se mettre en danger.
certains repas soient chaotiques.
faire le ménage après chacun des repas est désagréable, mais que ce n'est qu'une passe.
certains jours, vous n'avez pas la patience.
etc.
Adopter cet état d'esprit vous permettra de prendre du recul et de vous concentrer davantage sur ces petits moments de bonheur, plutôt que sur les craintes et/ou les échecs.


Se faire accompagner si besoin

Rien ne vaut votre propre expérience avec votre enfant, mais pour les plus inquiets, sachez qu'il existe des formations en ligne, des ateliers et des professionnels qui peuvent vous accompagner dans la pratique de la DME. Cela vous permettra de :
agir en toute sécurité.
mieux comprendre les besoins de votre enfant.
gagner en organisation pour la préparation des repas.
diversifier les recettes.
de savoir quels aliments il faut éviter.
savoir quel matériel utiliser.
vous rassurer.
etc.
Enfin, n'hésitez pas à consulter des livres ou lire des articles comme ceux de notre blog. Ils contiennent souvent des informations qui peuvent vous aider à y voir plus clair.

guide de la dme

couches lavables - echarpe de portage
Livraison express
gratuite dès 29€
couches lavables - echarpe de portage
À votre service
depuis 2007
couches lavables - echarpe de portage
Satisfait
ou Remboursé
couches lavables - echarpe de portage
Paiement
sécurisé
couches lavables - echarpe de portage
Programme
fidélité
couches lavables - echarpe de portage
Chèque cadeau
à offrir
couches lavables - echarpe de portage
Réductions
parrainage
couches lavables - echarpe de portage
Réductions
familles nombreuses
couches lavables - echarpe de portage
Emballages cadeaux
réutilisables
INFORMATIONS

Aide et contact / FAQ
Livraison et frais de port
Échanges et retours
Paiement sécurisé
Chèques Cadeaux

LE MAG'
CONSEILS ET ASTUCES
LE BLOG
À PROPOS

Notre Équipe
Nos Engagements, Notre Responsabilité
Recrutement

Programmes collectivités/asso/CE/pro
Espace Affiliation
Espace pour les Professionnels

Protection des données personnelles
Mentions légales
Conditions générales de vente
Gérer mes cookies
SERVICE CLIENT

NOUS CONTACTER >

Du lundi au vendredi
de 09h00 à 12h30 et de 13h00 à 17h00
(le mercredi de 9h00 à 12h30)
Téléphone : 04.67.67.16.15
(prix d'un appel normal)

RÉSEAUX SOCIAUX

couches lavables - echarpe de portage couches lavables - echarpe de portage couches lavables - echarpe de portage couches lavables - echarpe de portage
-5% OFFERTS sur votre 1ère commande*
Maman Natur'elle

Copyright © 2007-2021 Maman Natur'elle - RCS Montpellier 493525869